Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 10 février 2011

mille, de moi à moi

Moi

Mille, car c'est la millième note de ce ouaiblogue.

Moi

Oui, il y a en effet mille notes publiées visibles à ce jour sur ce ouaiblogue ; en fait j'en écrivis plus, que je dus supprimer pour des raisons (plus ou moins) indépendantes de ma volonté...

Moi

Mais bon, mille quoi. Et puis la fatigue maintenant, il ne se passe plus rien ici.

Moi

Ne restent que quelques notes remplies de répétitions, de fautes d'orthographe et de copies involontaires d'autres ouaiblogues.

Moi

La conclusion de tout ça, en y repensant, c'est que j'ai créé ce ouaiblogue parce que je m'ennuyais.

Moi

Je m'ennuyais dans ma vie, je m'ennuyais dans mon travail.

Moi

Et puis j'ai commencé par ne plus m'ennuyer du tout dans ma vie, avant de n'avoir plus le temps de m'ennuyer dans mon travail.

Moi

Alors ça va finir comme ça ?

Moi

C'est à dire ?

Moi

Presque plus de lecteurs, presque plus de commentaires. Et surtout presque plus de notes, presque plus de plaisir à les écrire, presque plus d'idée, presque plus d'énergie pour les mettre en oeuvre, presque plus de temps pour m'en occuper. Presque plus de joie de voir les nouvelles notes publiées...

Moi

Alors ça va finir comme ça ?

Moi

Oui.

jeudi, 13 janvier 2011

les macarons c'est comme le bowling

Mais quel titre mystérieux !

La première fois que je me suis rendu dans un bowling*, la première fois que j'ai chaussé les jolies chaussures colorées portées précédemment par des milliers de gens, la première fois que je me suis séché les doigts dans le petit air chaud diffusé, la première fois que j'ai pris la grosse boule, la première fois que je me suis approché du parquet, la première fois que j'ai lancé la grosse boule, j'ai fait un strike**.

Bah les macarons c'est la même chose.

Lundi, premier essai

Macaron 1.JPG

- Oh mais ça ressemble à un macaron Ladurée !

Mercredi, deuxième essai

Macaron 2.JPG

- Oh mais ça ressemble à un macaron Ladiarrhée !

* Le lieu où l'on pratique cette activité physique, pas le Claude qui ne s'écrit pas pareil.
**
Un strike, pour les néophytes ou ceux qui n'ont pas eu d'expérience de vie hétérosexuelle***, c'est de faire tomber toutes les quiquilles avec un seul lancer.
*** C'est à peu près la même chose dans ce domaine

mercredi, 05 janvier 2011

Grand concours de la Noël deux mille dix : un nouveau participant !

Ici, ça devient proprement incontrôlable tellement les participants se pressent pour nous envoyer des témoignages de leur cadeau de Noël le plus pourri. Un rapport interne vient même de conclure que ce concours n'aurait jamais dû commencer.

Aujourd'hui, Chickenbaby nous propose un magnifique cadeau offert, preuve sublime de mauvais goût, avec le prix.

ckbb.JPG

Gagnera-t-il ? Gagnera-t-il pas ?

mercredi, 29 décembre 2010

J'ai pas gagné ?

Devant l'engouement indescriptible* suscité par mon exceptionnel concours du cadeau le plus immonde de la Noël deux mille dix, concours lui-même copié sur un autre concours du cadeau le plus laid**, je ne peux que prendre les devants et vous montrer ce qui me vaut le secret espoir de gagner cette année.

CADEAU ATROCE.JPG

De toute façon c'est pas compliqué de gagner, il y a deux participants qui ont tous les deux organisé leur propre concours, un peu comme en Côte d'Ivoire, et je suis l'un des deux. Et c'est vraiment bête, parce qu'avec ça***, je pouvais être sûr de gagner même avec plusieurs centaines de participants****.

* Vous savez, ce qui suit souvent "engouement", c'est indescriptible, engouement indescriptible, bah voilà, nous venons de le décrire, c'est bien qu'il n'y a pas d'engouement.
** Parce que c'est bien fini le temps où j'avais des idées.
*** Il s'agit d'une assiette en verre embellie, transcendée même, grâce à la technique du serviettage*****.
**** Parce que c'est bien fini le temps où j'avais des centaines de lecteurs.
***** Pour ceux qui ne sauraient pas ce qu'est la technique du serviettage, voilà une vidéo très instructive et pédagogique dans laquelle Rachida Dati qui s'emmerde à présent prodigieusement dans la vie vous explique tout.


Le collage de serviettes (1)
envoyé par Femme2decoTV. - Regardez plus de courts métrages.

dimanche, 26 décembre 2010

Le grand concours de la Noël

Stoooooooooooooooooop !

Ne mettez pas immédiatement en vente vos cadeaux de la Noël sur Ibé !

En effet, j'ai décidé de ressusciter une quatre-cent-quatre-vingt-quatorzième fois mon ouaiblogue afin d'organiser à nouveau un de mes célèbres concours - ce qui va me valoir une nouvelle volée de reproches de n'avoir jamais élu de vainqueur pour le précédent.

Mais là, je suis presque certain de gagner, d'autant que la concurrence sera moindre que par le passé, n'ayant plus que trois ou quatre lecteurs occasionnels et non pratiquants ou non communiants.

Bref, en voilà l'objet : envoyez-moi par mail ou postez sur votre ouaiblogue une photo du cadeau de la Noël reçu cette année le plus pourri, le plus moche, (de tous les printemps du monde celui-ci est*) le plus laid, le plus ignoble. Il est d'ailleurs possible à des fins de tranquillité familiale de me demander l'anonymat***.

Bientôt je participerai moi aussi à ce concours, et nous verrons bien qui a reçu...

le cadeau le plus atroce de la Noël deux mille dix !

* référence authentiquement nhnc**
** tiens ça faisait longtemps, le label nhnc signifie Nécessitant un Haut Niveau Culturel.
*** ce qui est parfaitement absurde.

jeudi, 18 novembre 2010

le retour aux fon-da-men-taux*

Bah oui, j'ai décidé de revenir à mes fondamentaux : mon premier emploi était équipier de vente chez Carrefouf. A l'époque on ne disait pas que le positif est de retour, on disait qu'avec Carrefouf je positive.

Bah voilà, moi aussi, je positive. Houuuu !

Oui ma boutique est trop petite, je suis tout encombré.
Oui j'ai beaucoup de travail, dès que j'accomplis une tâche de ma liste de choses à faire, trois s'y ajoutent.
Oui Chickenbaby repart aujourd'hui.
Oui, sur Fip ils passent du Barbara et plein de musique du monde.
Oui il fait froid et j'ai des souris dans mon jardin d'hiver.
Oui mes journées sont de plus en plus longues, je ne peux plus y caser une minute pour moi.
Oui je fais tout très rapidement et je ne profite pas librement de mon temps.
Oui mon nouveau secrétaire d'Etat de tutelle est Frédéric Lefèbvre.

Mais je positive, je travaille beaucoup et c'est super, je vais donc arrêter de me plaindre et d'être désagréable.

Oui, en allant à vélo chez Métro ce matin acheter un carton de vingt-quatre bouteilles de bière, j'ai déraillé.
Oui en arrivant de Métro ce matin je me suis rendu compte qu'une bouteille avait fui dans mon sac à main qui est tout mouillé.

Mais ça ne changera rien à ma résolution : je po-si-ti-ve ! Youpi !

* Non je ne vais pas parler de rugby**.
** Je ne sais pas pourquoi dans les commentaires de rugby des matches que je regardais familialement dans ma jeunesse, ils disaient tout le temps qu'il fallait revenir aux fondamentaux, alors ce mot est définitivement associé dans ma tête au rugby, c'est comme ça.

samedi, 06 novembre 2010

le mystère de l'hétérosexualité enfin percé

Oui, j'ai fait une expérience troublante. Alors que depuis des générations l'hétérosexualité* est parfaitement incompréhensible, ma copine Toufette** est venue à la boutique aujourd'hui avec ce qu'il est convenu d'appeler son "petit ami"***.

Pendant tout le temps de leur présence, je m'interrogeai, comme à l'habitude, sur ce qui pouvait bien attirer Toufette chez un hétérosexuel, quel qu'il soit, incarné à ce moment précis par ce qu'il est convenu d'appeler son "petit ami"****.

Et à un moment, tout s'est éclairé.

Il m'a parlé de (et je cite de mémoire) l'algorythme gougueule et de sa supériorité qui lui semblait incontestable.

Ouahou.

Là j'ai compris pourquoi des personnes à peu près censées (comme Toufettes - quoique) pouvaient être amoureuses d'hétérosexuels.

* Il n'y a pas de faute d'orthographe dans ce mot, que l'on devrait donc prononcer "étérozeqssualité".
** Le prénom a été volontairement (et certains diraient grossièrement) changé.
*** Imaginez que je fasse le geste des guillemets avec les doigts.
**** Non, là je ne l'aurais pas fait, je n'aime pas répéter mes effets.

mardi, 26 octobre 2010

something evil's lurking in the dark

Me faire une coupure au doigt me fait furieusement ressembler - et de manière troublante - avec Mickaël Jackson...

MJ.JPG

Suite à cette photographie, et selon les règles d'hygiène les plus strictes qui sont appliquées dans mon établissement, le gant a été remplacé, et il est à présent mis en vente aux enchères.

Suite à la rédaction de cette note, et après réflexion, je me demande plutôt si je ne ressemble pas au docteur Delajoux.

samedi, 16 octobre 2010

imaginatif vendeur meneur

Ce type est mon modèle. Il est beau, il est attirant, il met tout le monde dans sa poche avec juste un clin d'oeil, tout le monde l'aime.

Et puis il a un beau costume qui tombe bien, il marche dans les couloirs comme un homme, un vrai, il a un col demi-italien et une cravate bien choisie bien nouée. Il a de beaux cheveux agréablement peignés.

Il est à l'aise avec tout le monde, il ne se pose pas de question parce qu'il sait qu'il a raison.

Il n'en a rien à faire de boire dans un gobelet en plastique parce qu'il est au dessus de ça. C'est vraiment mon modèle.

BT.JPG

samedi, 02 octobre 2010

Moi je regarde dans le dico avant de parler

Le Littré dit la chose suivante :

Demeuré (nom masculin singulier) : personne peu intelligente, stupide.

Maintenant que je connais le mot et sa définition, je peux l'employer à dessein et dire que le groupe Sexion d'Assaut, c'est vraiment rien qu'une bande de demeurés.

mercredi, 29 septembre 2010

Parfois je reçois des mails qui font peur...

Vous souvenez-vous qu'il m'arrive de recevoir des mails à connotation publicitaire étranges ?

Ca n'était rien à côté de ce que je viens d'avoir dans ma boîte mail...

GUICHARD.JPG

Maintenant, j'ai peur et je ne dors plus la nuit.

samedi, 11 septembre 2010

Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses piranhas antérieurs

Bon alors comme personne n’a compris l'intrigue du film qui a obtenu la Palme d’or à Cannes, je vais tenter une exégèse qui vous sera fort utile pour vos dîners en ville (ou à la campagne c’est selon).

Au début, t’as une grosse vache qui effectue un contrôle policier sur des pique-niqueurs fort tranquilles qui fument du hakik en fumant de la maricouchetoila avec tes gros nichons. Sauf que la grosse vache elle est pas commode alors elle détache ses liens et elle va se balader dans la pénombre parce que c’est le crépuscule ou plutôt l’aube du grand jour où tous les jeunes ils vont venir faire la fête autour de la mare du petit village pour célébrer comme il se doit la fin de la récolte du miel des tamariniers et des opérations de grossissement des nichons.
Bon, ça c’est le préambule qui s’achève par le regard rouge de la grosse vache qui passe des menottes à un djeune qui n’avait rien fait d’autre que de la draguer et de vouloir la ramener chez lui parce qu’après tout elle n’avait pas à se barrer et qu’elle a de gros nichons. Le tout sous le regard rouge aussi de son grand singe de fiston.

Bon alors le fiston, justement, il a des problèmes. Parce que c’est la réunion de tous les djeunes du coin qui commence avec force gros nichons, et malgré son appareil photo et son approche paternelle de l’art de la photographie, il n’est pas parvenu à photographier la poitrine opulente d’une actrice porno fantôme, vous savez, celle des contes de notre enfance, qui commencent par « il était une fois une actrice porno fantôme à gros nichons qui se frottait la fouffe sous l’eau… ».
Mais heureusement, sa petite sœur apparaît alors qu’elle est morte il y a quand même dix-neuf ans (mais elle n’a pas changé, elle a un trombone à la main c’est dire), et un autre gars qui a les yeux rouges apparaît et lui dit de le suivre pour s’en payer une bonne tranche.

Bon ce que j’ai oublié de dire mais ça n’a qu’un intérêt limité dans l’histoire, c’est qu’il y a eu un tremblement de terre avant tout ça et que donc il a dû se passer quelque chose.

Bah tu crois pas si bien dire, c’est pile à ce moment que la grosse vache à gros nibards du début se fait surprendre dans la flotte par un pied-bot et elle l’a un peu mauvaise. Ni une ni deux nichons, elle décide d’aller inspecter elle-même la faille terrible qui s’est ouverte et de goûter voir oui oui oui le miel des ruches s'il est bon s'il est agréable, ou pas. Sauf que paf, ses nouveaux potes qui ont débarqué se font bouffer par des piranhas affamés, mais genre t’as jamais vu un piranha affamé comme ça, peut être que son Géant Casino était fermé pour rénovation ou je sais pas quoi. Je me permets d’abuser de snobisme et de noter une certaine incohérence dans le film à ce moment là, une fois la faille elle est pleine d’eau, une fois c’est juste un gros gouffre dont essaie de s’extraire à mains nues un type en jeans. C’est pas très clair quoi.

Bon alors là il y a quelques explications autour de la dialyse, c’est un peu compliqué et scientifique à base de préhistoire et de faux cils, alors permettez que je passe dessus.

Mais c’est pendant ce temps que la revenante de tout à l’heure disparaît dans la jungle sur une île à l’écart, que le fils de la grosse vache à gros nichons s’éclate les yeux rouges à mater des nibards en trois dimensions en léchant des nombrils de moines bouddhistes, et que tout le monde se réunit dans une même salle avec des guirlandes électriques super colorées et un concours de tee-shirts mouillés. Vous comprenez que nous sommes là au cœur de l’intrigue, dans l’utérus de la mère à gros nichons du héros ou dans le nombril de l’héroïne à gros nibards c’est à peu près pareil.

Et là c’est la catastrooooophe ! Moi j’ai hurlé sur mon siège qu’on y court à la catastrophe mais rien n’y fait. On y court, enfin on y plonge. Bref, ils font tous un karaoké géant, avec les nichons, les pied-bot, dans une grotte au fond de laquelle il y a de l’eau avec les fameux piranhas et ça commence à pisser de partout, la dialyse, les nichons, le sang, ça se découpe en morceaux au dessous des nichons qui se font frotter dans l’eau par un bateau rempli de djeunes trop cons mais à qui on ne peut pas reprocher de ne pas aimer les gros nichons, les moines se douchent, le bateau et les nichons explosent, des nanas à gros nichons se font prendre les cheveux dans des hélices de ventilateurs et ouf ! les gentils sont sauvés mais certains morts ne sont pas si méchants tout de même.

Finalement, c’est pas compliqué de savoir pourquoi ce film a eu la palme d’or à Cannes : il y a autant de nichons sur l’écran que sur la Croisette, faut croire que ça a influencé le jury.

vendredi, 10 septembre 2010

moi je vous donne le la

Je vais très bientôt faire un tour à Lyon pour la Biennale de la danse, et pour voir ma copine Vania Ultra. Mais dès le douze septembre, ceux qui seront sur place pourront danser dans la rue, en clôture du Défilé inaugural de cette biennale... Moi ça me fait bien rigoler !

Il s'agit d'une chorégraphie toute simple pour que tout le monde puisse danser, inventée par Annick Charlot, Abou Lagraa, Mourad Merzouki et Denis Plassard. Et ça donne...


Tarentelle
envoyé par Biennaledeladanse. - Découvrez plus de vidéos créatives.

Et puis voilà.

jeudi, 02 septembre 2010

Le fabuleux destin d'un nom qui réveille les passions

S’il est une histoire qui passionne nos contemporains, c’est bien celle de Madame Bettencourt. Personnages occultes et s’enrichissant rapidement, hommes politiques et exécutants avides de pouvoir, femmes de chambre cachotières et majordomes traîtres, îles aux Seychelles et campagnes politiciennes, femme d’influence aux moyens financiers inépuisables et hommes croyant en leur étoile : sommes-nous dans une relecture modernisée d’Arsène Lupin ou de tel autre gentleman cambrioleur ? Assistons-nous à une comédie de boulevard qui pourrait s'intituler Gros sexes, gros sous et grosse légion d’honneur ?

Au delà de l’anecdote ou de la discussion de comptoir, il serait intéressant de dépasser la stricte narration factuelle et de s’interroger sur le phénomène auquel nous assistons bien souvent, il faut le dire, incrédules. Il suffit de lire les commentaires des internautes sur les sites de nos quotidiens nationaux pour se rendre compte à quel point cette affaire, car il est consensuel de la nommer ainsi, est paradoxale. De nombreux lecteurs s’indignent que l’on continue à les en embêter alors que leurs préoccupations sont ailleurs – et pourtant ils commentent un article qu’ils ont lu alors qu’ils auraient pu simplement l’ignorer, si l’ennui qu’ils disaient ressentir à l’énoncé du nom Bettencourt était aussi réel qu’ils voulaient le faire croire.

Car ils veulent se faire croire à eux-mêmes que cette histoire ne les concerne, ne les intéresse pas. L’analyse qui consisterait à dire que nous sommes face à un phénomène proche de celui suscité par la presse people (on n’achèterait jamais cette presse poubelle… mais on regarde volontiers les couvertures affichées chez les distributeurs de presse, mais on la lit en cachette chez le coiffeur, chez le médecin etc.) nous semble ignorer l’enjeu mis en mouvement dans l'enchaînement de rebondissements des révélations de la presse et des dénégations des intéressés.

Il est indéniable que le nom Bettencourt réveille un sentiment plus profond, un mélange d’admiration et de rejet.
Admiration pour une famille liée à l’histoire du vingtième siècle français, pour un nom associé politiquement (et à présent judiciairement) au plus haut niveau de l’Etat, admiration pour une réussite économique sans précédent, admiration pour une société fleuron de notre industrie et du CAC quarante, admiration aussi pour certains personnages ayant fréquenté nombre d’artistes et de grands de ce monde, admiration aussi pour l’argent déployé, les chiffres astronomiques, les possessions innombrables, le classement des plus grandes fortunes de ce pays etc. Chacun peut trouver sujet d’extase depuis le début du déballage des multiples rhizomes de cette affaire.

Mais rejet aussi fort aussi, peut être pour les mêmes raisons, et aussi pour les conséquences de celles-ci : utilisation frauduleuse des fonds, attrait immodéré du pouvoir et des distinctions qu’il génère, luxe sans limite dans une époque d'économies, manipulations visant à détourner une fortune ou le fisc… Et nous ne pouvons omettre le sentiment de jalousie ressenti à l’égard de la fortune, du pouvoir et des possessions, et des passe-droits que tout ceci encourage.

Parmi tous ces paradoxes, il en est cependant un que la justice de parviendra pas – probablement parce qu’elle ne le cherchera – à élucider : le paradoxe entre le destin personnel de Madame Bettencourt et celui de la maison de cosmétiques à laquelle son nom est définitivement attaché. Comment, en effet, alors que la recherche, chez L’Oréal, représente un budget gigantesque, comment a-t-elle pu vieillir aussi rapidement après sa libération ? Il est évident que la captivité a de fortes répercussions physiques et morales, mais tout de même, ces deux photos sont fort éloquentes !

Avant...
Ingrid.jpg

... arès
Liliane.jpg

 

mercredi, 01 septembre 2010

EX-CLU-SIF ! Chickenbaby en vacances avec des stars ! LES PHOTOS !

Ca fait un bon moment que je le soupçonnais de nous cacher des choses.

Et bien preuve en est faite ! Chickenbaby aime pratiquer les jeux nautiques avec ses amis, et parmi eux, Adam Sandler, le génial comédien américain !

Non mais regardez-les* moi s'amuser comme des fous au complexe thermo-ludique de Casteljaloux** !

Fred & Adam Sandler.JPG

Bon, c'est pas tout, mais pendant ce temps, le PADC (Pense A Des Chatons) dégénère sur les trottoirs de Berlin en PADPDC (Pense A Des Partouzes De Chatons)***...

PADPC.JPG

* Pour ceux qui ne connaîtraient pas Chickenbaby en vrai ou en photo, cette note est basée sur une prétendue ressemblance vague, entrenue par le fait que je ne suis absolument pas physionomiste. On pourrait être tenté de dire que, selon moi, tout barbu ressemble à Chickenbaby - mais on ne le dit pas parce que quand même il y a des limites.
** Il y a deux ans, ça s'appelait encore Complexe Thermoludique de Casteljaloux, mais maintenant visiblement ils ont envie de se la péter, et ils se nomment Thermes de Casteljaloux, avec de la musique lounge sur le site et un barbu (encore un) avec des cheveux blancs qui vous accueille, pour vous mettre en confiance. Ah et puis il y a aussi ça comme site mais ça donne moins envie...
*** Oui ce sont des abattants de ouataires... D'ailleurs ça me fait penser qu'il faut que j'en achète un, je viens de casser le mien.