Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 avril 2010

Moi aussi je suis Frédéric Mitterand

Sa beauté éternelle intemporelle marqua à jamais des générations d'adolescents, Eleanor Parker est oubliée et pourtant, pourtant, comment avons-nous pu collectivement omettre de nos esprits l'incarnation définitive du handicap feint, de la femme fidèle et torturée, Zosh Machine, dans the man with the golden arm de Preminger ?

Dès sa naissance en mille-neuf-cent-vingt-deux, ses parents ont su déceler chez elle l'extravagance du talent, la prégnance du génie, la beauté d'une chevelure dans laquelle on aimerait se noyer, la clarté d'un regard animé par une passion flamboyante, irrésolue, absolue. Elle a été, elle est encore, elle sera à jamais une de ces femmes que l'on croise une fois et qu'on n'oubliera jamais ; car elle est celle qui vous fait rendre infidèle juste par la pensée, elle est celle qui illumine le noir et blanc de la pellicule pour en transcender les clair-obscurs, leur rendant une profondeur inimaginable, transformant les ombres en goufres de désirs, en écrins à sa beauté irradiante et brûlante pour toujours.

Oui, à elle seule, dans un seul film, elle défrayait la chronique et changeait le cours de l'histoire cinématographique, mais aussi notre regard sur le monde, la femme, et même l'humanité. Elle reléguait Franck Sinatra au rôle de sous-fifre que la médiocrité de sa performance d'acteur ne lui aurait pas jamais fait espérer. Elle réussit même à faire ignorer la poitrine obusienne de Kim Novak, pour la seule fois de sa vie éclipsée par le talent, la beauté de la femme, une, définitive, radieuse, l'astre parmi les nuées, l'encens noyé dans l'éther, non pas étoile mais ciel pur dans son essence.

Parker.JPG

 

Commentaires

Et toi aussi, tu dors en pyjama?

Écrit par : El toto | mardi, 13 avril 2010

Et regardez-la, la beauté faite femme, la réincarnation d'Hélène la belle, elle aussi provoquant une guerre, celle qui jeta le monde entier dans le chaos, oui, car c'est elle, Eleanor Parker, qui fut à l'origine de la deuxième guerre mondiale, car les Grands ce de monde rivalisaient dans son cœur, se jetaient à ses pieds pour implorer qu'elle leur fît un geste, attendaient qu'elle s'abaisse à les ramasser, et ce depuis l'origine des temps, depuis Babylone la dépravée jusqu'au salons mondains du début du siècle dernier, cette femme qui fit rêver, fantasmer, Elle avec un E majuscule, Eve qui se lève, l'Eternelle, l'Imortelle, figé à jamais dans uen pose à la fois hautaine et d'abandon - la voilà :
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/aa/Eleanor_Parker_-_Interrupted_Melody_1955.jpg

Écrit par : Fredo (Frédéric) Mitterand, le vrai | mardi, 13 avril 2010

Ouais ben fais gaffe en scooter alors !

Écrit par : Chickenbaby | mardi, 13 avril 2010

Tu ferais mieux d'aller voir Le Procès d'Oscar Wilde !

http://www.commeaucinema.com/film/le-proces-d-oscar-wilde,172047

Écrit par : L'attachée de presse | mardi, 13 avril 2010

La musique est bien aussi

Écrit par : Bruno | mercredi, 14 avril 2010

Bonsouâââââââââr !

Écrit par : Churchill | dimanche, 18 avril 2010

Je te fais les yeux exorbités quand tu veux.

Écrit par : ditom | samedi, 24 avril 2010

Je te fais les yeux exorbités quand tu veux.

Écrit par : ditom | samedi, 24 avril 2010

Moi je peux faire la bouche ouverte :o)

Écrit par : PascalR | mardi, 11 mai 2010

Les commentaires sont fermés.